Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

5e dimanche «per annum» - A

 

 

Dimanche dernier, le prophète Sophonie nous parlait du Reste d’Israël, ce petit noyau très minoritaire d’où devait sortir la résurrection du Peuple choisi. 

Jésus-Christ n’a jamais promis à ses disciples d’être nombreux, forts, majoritaires, mais il leur demande d’être ce petit troupeau, ce ferment que les chrétiens doivent insérer dans le monde, un témoignage de charité envers tous, sans distinction. 

 

*       *       *

 

Aujourd’hui, le prophète Isaïe appelle Israël à cette générosité envers le pauvre, exposant déjà au 8e siècle avant Jésus-Christ cette charte de l’amour fraternel. Prochainement, quand arrivera la période du Carême, l’Eglise nous fera lire cette même lecture du prophète (le samedi après le Mercredi des Cendres).

On le voit, l’Ancien Testament avait déjà ces mêmes exigences que nous enseigne la charité évangélique : partager, accueillir le pauvre, vêtir le malheureux.

On se souviendra de l’empressement que montre Abraham à recevoir ses trois mystérieux visiteurs à Mambré (Gn 18:1-15), de celui de Tobie qui n’hésitait pas à se lever, et à quitter la table, pour aller ensevelir un mort (cf. Tb 12:13).

Un autre exemple lumineux d’hospitalité nous vient de l’attitude de saint Phocas au 4e siècle : il hébergea fraternellement ceux-là même qui étaient envoyés pour l’arrêter et le décapiter à cause de sa foi (sa fête est au 5 mars). Et saint Benoît prescrit dans sa Règle (ch.53), de saluer les hôtes par l’inclination de tête ou même la prostration jusqu’à terre, adorant en eux le Christ.

Le prophète recommande aussi des attitudes de paix et d’humilité. Faire disparaître le joug, c’est ne pas se mettre au-dessus de l’autre, c’est reconnaître que nous avons tous le même Maître dans les Cieux (cf. Mt 23:8). Le geste de menace n’a pas à être commenté ; saint Paul le rappellera aussi aux maîtres : laissez de côté les menaces (cf. Eph 6:9).

Notre vie ne serait-elle pas plus «lumineuse» si nous évitions davantage toute attitude conflictuelle ? Dieu est-il content de nos bagarres, de nos disputes, parfois quotidiennes ?

C’est donc par ces attitudes toutes simples que le juste irradiera la lumière, cette lumière dont Jésus va nous parler tout-à-l’heure dans l’évangile.

 

*       *       *

 

Le psaume 111 chante ce juste qui craint le Seigneur et reprend les idées du prophète Isaïe.

Mais on relèvera ici une expression du psaume : Il ne craint pas l’annonce d’un malheur. Le texte initial dirait plutôt : «Il n’aura pas peur d’entendre quelque chose de mal», ce que saint Augustin commente comme étant cette parole terrible du Juge qui dira aux condamnés : Allez au feu éternel, préparé pour le démon et ses anges (cf. Mt 25:41, in Sermon sur le psaume 95). Ce que leur reproche en effet le Christ dans cette parabole du Jugement dernier, c’est d’avoir manqué à la charité.

 

*       *       *

 

Mais pourquoi le prophète et le psalmiste mentionnent-ils particulièrement le pauvre, le malheureux ? C’est que Jésus nous demandera explicitement de prêter sans rien attendre en retour (Lc 6:34-35).

C’est cette charité sans borne qui fera des Chrétiens la lumière et le sel de la société. 

Le sel, dissout dans les aliments, ne se voit pas, mais manque beaucoup lorsqu’on l’oublie ! Mais attention à n’en pas abuser : il faut une juste dose, sans excéder ! autrement dit : être discrets. 

La lumière dont a besoin le monde, est cette référence à la Loi de Dieu qui permet de sortir de la noirceur quotidienne des conflits et des jalousies continuelles.

 

*       *       *

Même si l’épître aux Corinthiens n’a pas de lien direct avec ce qui précède, car on en lira des extraits pendant plusieurs dimanches de suite, l’attitude de l’apôtre Paul est pour nous un encouragement.

Devant ces Corinthiens qui se vantaient tellement de leurs raisonnements, de leurs doctrines philosophiques savantes, l’apôtre du Christ se fait tout petit, et leur rappelle, non sans une pointe d’humour, qu’il est tout juste venu leur parler… d’un Crucifié, d’un Condamné à mort. 

C’est cette humble prédication qui a fait de Paul une lumière, une référence doctrinale, à la suite de notre Maître qui s’est «contenté» de prendre sa croix et d’y mourir.

 

*       *       *

Comment réussir, nous, pauvres pécheurs, à être lumière, dans une vie si pleine d’embûches, si agitée, si bruyante ? Où trouver cette force intérieure qui nous aidera à entretenir notre lampe à huile toujours allumée ?

Seuls, nous sommes faibles, tentés. Avec la grâce de Dieu, nous sommes forts. C’est pourquoi, dans la Prière du jour, nous demanderons à Dieu sa constante protection.

 

Ne laissons pas le prêtre tout seul quand il prononce ces paroles. Avec lui, demandons à Dieu sincèrement cette protection, de tout notre cœur, confiants que Dieu nous aidera.


Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens