Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

3e dimanche de Pâques - A    

 

 

Aujourd’hui encore, nous allons réfléchir un peu en commençant par l’Evangile, qui se situe chronologiquement avant les textes des lectures.

L’épisode des “pélerins d’Emmaüs” a lieu au soir de la Résurrection, ce même jour, écrit l’évangéliste juste après que Pierre se soit rendu au tombeau après les saintes femmes : c’est pourquoi le même évangile se lit aux messes du soir, le jour de Pâques, mais on le lit aussi en ce troisième dimanche de Pâques, à la suite de l’évangile de dimanche dernier, car le dimanche est toujours «le» jour de Pâques.

Des détails de texte présentent quelques difficultés d’exégèse.

Nos pélerins trouvèrent réunis les Onze, donc Thomas devait être là. Pourtant, l’autre évangéliste, Jean, raconte (Jn 19:25) que le soir de ce même jour… Thomas n’était pas avec eux… et que Huit jours plus tard… Thomas était avec eux.

Ces observations pourraient nous amener logiquement à reconstruire ainsi la suite des événements : 

Au matin de Pâques, Jésus apparaît aux sainte femmes, puis Pierre et Jean vont constater que le tombeau est vide. Dans la journée, les apôtres se retrouvent, ils discutent, ils cherchent à comprendre, et Thomas se retire ; il est possible que le Seigneur leur soit apparu une première fois à ce moment-là (cf. l’apparition de dimanche dernier) en leur insufflant l’Esprit, et que les apôtres soient allés en faire part à Thomas, le ramenant avec eux au Cénacle ; surviennent le soir les pélerins d’Emmaüs, dont le récit ne convainc toujours pas Thomas : Si je ne mets pas le doigt dans la marque de ses clous… Luc poursuit : Ils parlaient encore, quand Jésus se tint au milieu d’eux (Lc 24:36sq) et leur demandant : Pourquoi tout ce trouble ? Voyez mes mains et mes pieds…

Pour être exact, il aurait peut-être fallu lire l’épisode d’Emmaüs dimanche dernier, et aujourd’hui celui concernant Thomas. Toujours est-il que Thomas, même en voyant, doutait. On pourra imaginer les discussions entre les Apôtres, les questions, les réponses, le débat, l’impatience, une grande agitation. Jésus leur demande bien : Pourquoi tout ce trouble ? 

Comme parfois notre orgueil nous aveugle !

C’est huit jours plus tard que Jésus se montrera encore (évangile de dimanche dernier), invitant personnellement Thomas à porter son doigt, à avancer sa main.

Saint Luc pourrait très bien être l’un des deux disciples d’Emmaüs, témoin oculaire de l’épisode et de cette présence du Christ après leur récit.

Un “petit” détail encore, concernant ces pélerins d’Emmaüs, ne manque pas d’intérêt : Luc dit que ce village était à soixante stades de Jérusalem, soit un peu plus de onze kilomètres. Ils venaient de faire une partie de ces onze kilomètres en compagnie de Jésus, à Emmaüs ils ont mangé à la tombée de la nuit ; il pouvait être vingt heures… Sur place, ils refont deux à trois heures de marche pour Jérusalem, tellement transportés de joie qu’ils veulent immédiatement communiquer aux Apôtres ce qu’ils ont vécu. Ils forcent notre admiration pour leur zèle. Ils nous rappellent l’empressement qui poussa Marie, après l’Annonciation, à aller trouver sa cousine Elisabeth ; et Nazareth était même à plus de cent kilomètres de Jérusalem… Quand l’amour nous porte, rien ne nous arrête.

Luc et son compagnon arrivent donc auprès des Apôtres, qui leur parlent de l’apparition d’une façon très particulière : Le Seigneur est ressuscité ; il est apparu à Simon-Pierre, alors que tous viennent de Le voir. A moins que Pierre ait eu lui-même une autre apparition du Ressuscité - ce qui ne serait pas improbable, les apôtres se montrent ici discrets, respectueux de la sainte hiérarchie constituée par Jésus ; simplement, ils se contentent de nommer d’abord leur “aîné”, Simon-Pierre ; dire que Jésus soit apparu à Simon leur suffit - et nous apporte un enseignement de discrétion et de respect.

 

*       *       *

 

C’est l’apôtre Pierre qui nous parle dans sa première Lettre, comme dimanche dernier. Ecoutons avec attention les recommandations du premier Pape de l’Eglise. Il nous rappelle le prix de notre rachat : le Sang du Christ, et le centre de notre foi : la Résurrection d’entre les morts.

 

 

*       *       *

 

La première lecture nous fait entendre, toujours de la bouche de Pierre, une magnifique exégèse du psaume 15 - celui que nous chantons après la lecture. Pour les Juifs, ce psaume 15 de David posait quelques questions : comment David pouvait-il écrire : Tu ne peux pas m’abandonner à la mort ni laisser ton Fidèle connaître la corruption, alors qu’il connut effectivement la mort, que son tombeau était là, à Jérusalem, depuis dix siècles ? 

Or Pierre, rempli de l’Esprit-Saint, explique que David a prophétisé, qu’il a parlé au nom de son Descendant. Dans le psaume 15, c’est Jésus qui parle, qui prie Son Père et proclame Son union totale avec Yahwé ; cet Homme qui ne connaîtra pas la corruption, c’est le Messie ressuscité.

Nous entendons saint Pierre parler ici aux Juifs avec une assurance qui tranche totalement avec son précédent reniement au moment de la Passion. Si Jésus-Christ n’était pas ressuscité, Pierre n’aurait jamais pris la parole publiquement, en plein Jérusalem, pour prêcher au nom d’un mort disparu ; rappelons-nous que les gardes furent payés pour «témoigner» en ce sens (Mt 28:13sq). Pierre a le courage de parler aux Juifs de ce Christ que vous avez fait mourir et ose même expliquer l’Ecriture d’une façon bien différente que ne le faisaient les prêtres du Temple.

 

*       *       *

 

Cette force de conviction ébranle vraiment les cœurs. Nous lirons dimanche prochain que la communauté augmenta ce jour-là d’environ trois mille personnes : telle est la force qui apparaît quand la conversion intérieure est totale, quand l’Esprit de Dieu est là. 

C’est cette force qui a amené encore dans les siècles récents des femmes et des hommes, par milliers, à témoigner de la Résurrection. Citons seulement les Martyrs du Viêt-Nam et de la Corée, de la Chine et du Japon, de l’Ouganda, de l’Espagne et du Mexique…

Le sang des martyrs, c’est une semence de Chrétiens.

 

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Homélies - année A

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens