Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

14e dimanche per annum

 

 

La prophétie de Zacharie remonte au 6e siècle avant Jésus-Christ. L’empereur Cyrus vient de proclamer l’édit par lequel les Juifs exilés peuvent revenir à Jérusalem ; le Temps va être reconstruit.

Le prophète annonce l’arrivée du Roi-Messie : juste et victorieux, humble et monté sur un âne… Il proclamera la paix aux nations.

Ces mots rappellent la prophétie d’Isaïe, deux siècles plus tôt (Is 11), qui annonçait un règne de paix. Et nous avons tous en tête le chant des Anges à la naissance du Christ : Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté (Lc 2:14).

C’est aussi à ce passage de Zacharie que renvoie l’évangéliste Matthieu quand il relate l’entrée de Jésus à Jérusalem, pour accomplir la parole transmise par le prophète (Mt 21:4-5).

La méditation d’aujourd’hui veut nous amener à imiter Jésus-Christ dans son humilité, lui, le Roi, le Messie, Dieu incarné, s’assied sur un ânon. C’est par cette simplicité royale qu’il domine pacifiquement, sans guerre, d’une mer à l’autre.

 

*       *       *

 

Plus tôt encore, au 10e siècle avant le Christ, David chantait déjà prophétiquement cette royauté pacifique. Chantons de tout cœur ce psaume 144.

Il n’est pas inutile de relever l’expression si «évangélique» : Le Seigneur est tendresse et pitié, qui contraste fortement avec cette idée trop répandue que Dieu «se venge» ou «punit». Il est vrai que le texte sacré comporte parfois ces mots durs, derrière lesquels cependant il faut toujours comprendre combien Dieu est infiniment juste, fidèle en tout ce qu’il fait.

C’est à nous à faire disparaître ce qui est contraire au Royaume de Dieu, à toujours chanter ce Roi éternel, miséricordieux, bon, et dont nous recevrons certainement la juste récompense de nos bonnes actions.

 

*       *       *

 

Saint Paul nous aide à préciser comment nous pouvons combattre. Dans cette longue épître aux Romains, il traite sous toutes ses faces la réalité de notre nouvelle naissance, de la vie en Jésus-Christ, de notre salut par la Croix et non plus par la Loi.

Ici il oppose l’esprit de la chair à l’Esprit de Dieu. Mais comment ne pas vivre selon la chair, quand nous sommes bien faits de chair et d’os et qu’il faut bien manger et dormir ? L’apôtre le dit clairement à la fin de l’extrait de ce jour : Tuez les désordres, pour ne pas être sous l’emprise de la chair.

Nous avons à soumettre notre corps à l’Esprit, à éviter de nous laisser emporter par le matériel.

Il faut bien manger et boire, sans tomber dans l’excès ; dominons l’esprit de gourmandise et les caprices du palais.

Il faut bien se reposer, mais sans tomber dans la paresse.

Il faut bien un téléphone, une voiture, un ordinateur, mais que la technique ne l’emporte pas sur la charité. et qu’elle ne serve jamais au mal, au désordre, à la vanité.

Il faut bien se divertir, pratiquer un peu d’exercice physique, mais mettons un STOP à l’orgueilleux esprit des compétitions.

Redonnons au dimanche, le Jour du Seigneur (Dóminus), son caractère divin et sacré.

N’entendons-nous pas l’appel de ceux qui n’ont rien, qui n’ont jamais rien eu ou à qui on a tout enlevé ? 

Ne voyons-nous pas les kilomètres carrés de villages d’expatriés ? Ne voyons-nous pas les tôles des bidonvilles ? 

Avons-nous la conscience tranquille ? 

Notre époque moderne n’a-t-elle pas un peu oublié le Règne de Dieu ? Ne sommes-nous pas un peu trop orgueilleux de nos prouesses techniques, de nos satellites, de nos performances ?

 

*       *       *

 

Alors, si nous voulons nous mettre au travail, lisons l’Evangile.

Pourquoi donc Jésus remercie son Père d’avoir révélé aux tout-petits la Vérité ? Parce que les enfants reçoivent sans difficulté, sans discuter, ce qu’ils apprennent.

Les Pharisiens que nous sommes, sont beaucoup trop remplis de «leur» sagesse, pour écouter  l’appel de Jésus, et nous avons même l’audace de le contester : il nous dit qu’il nous procurera le repos en même temps qu’il nous demande de prendre son joug !

Est-ce si difficile d’être tempérants, et de limiter certains plaisirs ? Est-ce si pénible d’accepter un conseil, un ordre ?

Quand on se trompe de route ou qu’on a oublié quelque chose à la maison, ne fait-on pas demi-tour ? Et quand on n’a pas pris le chemin qui mène à Dieu, on ne reviendrait pas sur nos pas pour prendre un chemin meilleur ?

Nous ne sommes peut-être pas tous appelés à faire ce qu’ont fait de grands Saints, les ascètes du désert qui jeûnaient, les mystiques dont l’amour pour l’Epoux céleste les poussait à rechercher des souffrances physiques comme le fouet ou le cilice.

Il faut savoir que certains parfois ont qualifié de folies de jeunesse leurs pénitences, ainsi le saint Curé d’Ars. L’Ange à Fatima a demandé aux enfants de retirer cette grosse corde qu’ils se nouaient autour de la ceinture.

Le Christ ne nous impose pas ces pénitences physiques. L’Eglise nous interdit même d’imiter ce qu’ont fait les Saints. 

Ce que Jésus-Christ nous demande, le joug qu’il veut nous imposer, c’est de ne pas nous plaindre, de nous contenter d’un âne et, s’il le faut, d’accepter notre croix, nos souffrances, sans nous révolter. 

C’est peut-être beaucoup plus difficile que de se donner cinquante coups de fouet dans le dos, mais ce sera un moyen tellement plus efficace (et doux) pour que nous nous sentions libres et que nous puissions rejoindre Dieu.

 

*       *       *

 

Reprenons la Prière du jour : après que Dieu nous a tirés de l’esclavage du péché, acceptons de rester dans cette joie sainte.

Partager cette page

Repost 0
Published by samuelephrem - dans Homélies - année A

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 8000 notices de Bienheureux et Saints. Déjà traités : 1.Personnages bibliques (AT et NT). 2.Papes. 3.Saints du Calendrier Romain. 4. Reconnus aux siècles XII-XXI. 5. Siècles VI-XI. 6 (en cours) : siècles II-V. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens