Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 22:14

Vasile Aftenie

1899-1950

 

Vasile Aftenie naquit le 14 juin 1899 à Lodroman (Târnava-Mică, Valea Lunga, Roumanie W), de Petru et Agafia.

Après l’école primaire, il fréquenta le lycée de Blaj.

En 1917, il fut enrôlé dans l’armée et envoyé au front en Galice et en Italie.

En 1918, il commença des études de Droit à Bucarest mais, en1919, s’inscrivit à la faculté de Théologie de Blaj ; puis il fut envoyé au collège grec Saint-Athanase de Rome : en 1925, il était docteur en Philosophie et en Théologie.

Ordonné prêtre en 1926, il fut nommé successivement professeur à l’académie de Théologie de Blaj, archiprêtre à Bucarest en 1934, chanoine du chapitre de Blaj en 1937 ; enfin, en 1939, il fut nommé recteur de l’académie de Théologie de Blaj.

En 1940, il fut consacré évêque titulaire d’Ulpiana, auxiliaire de l’archevêque Mgr Nicolescu. Mgr Aftenie siégea à Bucarest, l’église Saint-Basile étant devenue cathédrale. Rappelons que saint Basile (v. 2 janvier) était le saint Patron de Mgr Aftenie.

En 1941, après la mort de Mgr Nicolescu, il fut administrateur apostolique de Făgăraş et Alba Iulia.

Comme on le sait, le régime communiste s’imposa au pays roumain, persécutant durement le clergé, cherchant en particulier à rallier les prêtres et les évêques à l’église orthodoxe roumaine ; certains prêtres cédèrent, parfois sous la pression. En 1948, Mgr Aftenie reçut une quarantaine de ces prêtres et les admonesta fortement pour avoir abandonné l’Eglise romaine.

Comme Mgr Frențiu, Mgr Aftenie fut arrêté le 28 octobre 1948, juste après sa sortie de la cathédrale, sur la Piața Romană, et conduit à Dragoslavele, puis de là au monastère Căldăruşani, transformé en prison ; le 10 mai 1949, on l’emmena dans le sous-sol du Ministère de l’Intérieur, dans une cellule d’isolement où, sous les ordres d’un général impie, il fut sauvagement torturé et mutilé, puis conduit dans la prison de Văcăreşti, où il mourut le 10 mai 1950.

Cela ne suffisait pas encore. La caisse qu’on fabriqua pour servir de cercueil à l’Evêque, était trop petite : on coupa alors les pieds du Martyr ; on aurait voulu brûler son corps, mais il fut enterré au cimetière Bellu de Bucarest, grâce à l’intervention d’un prêtre qui put, quelques jours après sa mort, célébrer les rites des funérailles. Sur la croix de sa tombe, on n’eut pas la permission d’écrire autre chose que V.A. 1950.

En 2010, la dépouille de Mgr Aftenie fut transférée en l’église Adormirea Maicii Domnului (Dormition de la Mère de Dieu) de Bucarest.

Vasile Aftenie est un des sept évêques roumains reconnus martyrs et béatifiés en juin 2019, par le pape François lui-même, lors de son voyage apostolique en Roumanie.

 

Partager cet article

Repost0
6 avril 2020 1 06 /04 /avril /2020 22:59

Valeriu Traian Frențiu

1875-1952

 

Valeriu Traian Frențiu naquit le 25 avril 1875 à Reşița (Roumanie W), de Joachim et Rozalia. Joachim était lui-même prêtre, dans ce rite gréco-catholique où certains prêtres se marient.

Entre 1894 et 1898, Valeriu étudia la théologie à l’université de Budapest et obtint le doctorat à l’institut Saint-Augustin de Vienne (Autriche).

Ordonné prêtre en 1898, il fut nommé dans le diocèse de Lugoj.

En 1912, il fut nommé évêque de Lugoj puis, en 1922, transféré à Oradea.

En 1941, Mgr Frențiu fut nommé administrateur apostolique de l’archéparchie de Făgăraş et Alba Iulia pendant toute la durée de la guerre, puis reprit son siège de Oradea en 1947.

Le régime communiste sévissait désormais contre toutes les structures de l’Eglise. Mgr Frențiu fut arrêté le 28 octobre 1948 et interné au camp de Dragoslavele. Il ne fut jamais ni jugé, ni condamné. Malgré les fortes pressions exercées sur sa personne, il refusa énergiquement de passer à l’Eglise orthodoxe roumaine, qui était soumise au gouvernement. Il fut donc relégué en février 1949 au monastère de Căldăruşani, réquisitionné comme prison ; la nuit de Noël suivante, il consacra évêque Ioan Cherteş.

En mai 1950, il fut enfermé à la prison de Sighet, où il expira le 11 juillet 1952.

Valeriu Traian Frențiu est un des sept évêques roumains reconnus martyrs et béatifiés en juin 2019, par le pape François lui-même, lors de son voyage apostolique en Roumanie.

Partager cet article

Repost0
31 mars 2020 2 31 /03 /mars /2020 00:53

Valentín Palencia Marquina

1871-1937

 

Valentín naquit le 26 juillet 1871 à Burgos, d’un père cordonnier, Cipriano, et de Victoria, la concierge de l’immeuble. qui le firent baptiser le lendemain ; l’enfant reçut la Confirmation la même année, selon la coutume de l’époque.

De 1884 à 1894, après avoir achevé l’école primaire, il fréquenta le séminaire Saint-Jérôme pour faire ses Humanités, la Philosophie et la Théologie, mais comme étudiant externe, ses parents ne pouvant lui payer la pension.

Il fut ordonné prêtre en 1895.

Da 1896 à 1898, il fut curé à Susinos del Páramo, où il assuma la charge de directeur et aumônier du Patronage Saint-Joseph, pour l’enseignement et l’éducation des enfants pauvres. Le prêtre enseignait aux enfants à prier, à étudier, à travailler de leurs mains ; il les faisait jouer des pièces de théâtre pour leur apprendre à s’exprimer correctement ; il leur apprit aussi la musique, ils chantaient et jouaient, jusqu’à organiser de petits concerts.

Ce n’était pas son unique occupation ; il gérait aussi d’autres œuvres, avec un zèle et une attention tels qu’il mérita en 1925 la Croix de Bienfaisance (créée par le gouvernement d’Espagne pour récompenser des services extraordinaires).

Pour l’été 1936, il se trouvait avec les enfants dans une colonie à Suances ; quelques-uns des musiciens du Patronage les accompagnaient. Lorsque la révolution éclata, l’église fut transformée en garage, on interdit à don Valentin de célébrer la Messe. Le prêtre dut célébrer en cachette et portait la communion aux malades et aux moniales Trinitaires.

Un des enfants dénonça le prêtre au Front Populaire - on ne sait si par faiblesse ou par méchanceté : don Valentín fut arrêté avec six jeunes gens, dont quatre préférèrent l’accompagner jusqu’au bout, plutôt que de «témoigner» à charge contre lui.

On les conduisit sur le Mont Tramalon de Ruiloba, où ils furent fusillés.

Don Valentín Palencia Marquina et ses quatre vaillants défenseurs furent béatifiés en 2016 pour être inscrits au Martyrologe le 15 janvier.

 

Il y a une notice pour chacun des quatre Jeunes gens, qui s’appelaient : Donato Rodríguez García, Germán García y García, Zacarías Cuesta Campo, Emilio Huidobro Corrales.

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2018 4 29 /11 /novembre /2018 23:04

Vicenç Queralt Lloret
1894-1936

Né le 17 novembre 1894 à Barcelone, de Miguel et Dolores, il fut baptisé le 25 novembre suivant.

Lui et ses trois frères furent accueillis comme orphelins par les Filles de la Charité, et c’est ainsi que Vicenç connut très tôt la famille lazariste.

Il fit le noviciat, puis la profession à Palma de Maiorca en 1913 et fut ordonné prêtre en 1919.

Il enseigna à Bellpuig non seulement aux jeunes de la Congrégation, mais aussi à ceux du pays dans une école du soir. Il passa ensuite à Palma ; en 1933, il fut à Barcelone. Il organisa l’association des Enfants de Marie et fonda une revue. Il y a publia des textes et des compositions musicales.

Le 19 juillet 1936, comme cela arriva pour beaucoup d’autres maisons religieuses, tous les membres de la communauté furent expulsés ; le jour suivant, les miliciens mirent le feu à la maison et à l’église, comme à d’autres églises de Barcelone.

Le père Vincenç se réfugia chez des parents, changeant plusieurs fois pour échapper aux contrôles, mais il fut repéré et arrêté chez une bienfaitrice le 30 novembre 1936, et fusillé le soir même.

Béatifié en 2017, Vicenç Queralt Lloret sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 30 novembre.

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2018 2 06 /11 /novembre /2018 20:37

Victoriano Reguero Velasco
1902-1936

Né le 14 janvier 1902 à Valladolid, de Zenón et Benita, il fut baptisé cinq jours plus tard.
Entré dans la Congrégation des Lazaristes (Vincentiens), il y fit la profession en 1920 à Madrid et fut ordonné prêtre en 1927, toujours à Madrid.
Il fut ensuite envoyé à Guadalajara et Teruel, avant de revenir à Madrid. Il fut professeur de latin.
Mis à la rue par les révolutionnaires marxistes en juillet 1936, il chercha à se cacher pendant quelque temps, mais fut arrêté le 7 octobre à six heures du matin, en même temps que d’autres prêtres et Religieuses vincentiens. On les conduisit à la Direction Générale de Sécurité puis, deux jours plus tard, à la prison Modelo.
Le p.Victoriano n’avait pas une santé très solide et devait s’appuyer sur une béquille ou une canne anglaise. Il souffrit d’autant plus dans la prison. 
Le 7 novembre 1936, il fut de ceux qu’on appela pour être fusillés ; le milicien qui le réveilla lui dit : Prends ta hallebarde.  On les conduisit en dehors de Madrid, à Paracuellos de Jarama.
Béatifié en 2017, Victoriano Reguero Velasco sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 7 novembre.

Partager cet article

Repost0
3 septembre 2018 1 03 /09 /septembre /2018 07:40

Veronica Antal

1935-1958

 

Veronica naquit la veille de la fête de l’Immaculée Conception, le 7 décembre 1935, à Nisiporești (Roumanie), de Gheorghe et Evei, modestes parents cultivateurs et bons chrétiens, qui eurent ensuite trois autres enfants.

Dès le 8 décembre, Veronica reçut le baptême. On lui donna le prénom de sa tante paternelle, décédée très jeune. Le prêtre qui lui donna ce sacrement était un Religieux italien, nommé Felix Rafaelli, de l’Ordre des Frères Mineurs Conventuels.

Comme les parents travaillaient beaucoup aux champs, la petite fille fut élevée par sa grand-mère, Zarafina, qui lui enseigna l’amour de la Sainte Vierge.

Encore jeune, elle interrompit la fréquentation scolaire pour aider les parents dans la ferme.

Vers 1951, elle exprima son désir d’entrer dans la vie religieuse, mais ses parents s’y opposèrent : d’une part parce qu’ils ne pouvaient gérer la ferme sans elle, d’autre part parce que le climat politique rendait toute manifestation religieuse très difficile, la Roumanie étant alors sous le régime communiste soviétique.

Que fit alors la jeune fille ? Elle se consacra intérieurement au Christ, entra dans les rangs du Tiers-Ordre franciscain, ainsi que dans la Milice de l’Immaculée (fondée par s.Maximilien Kolbe v. 14 août), et partagea désormais son temps entre la prière, le travail domestique et l’enseignement du catéchisme aux enfants.

Elle découvrit bientôt la vie de la jeune martyre Marietta Goretti (v. 6 juillet), qui avait été canonisée en 1950 et dont on parlait beaucoup dans les milieux de l’Action Catholique. Veronica fut enthousiasmée par la mort héroïque de Marietta et disait à ses compagnes qu’en pareille situation, elle réagirait de la même façon. Dieu allait lui en donner l’occasion.

En 1958, elle fit le vœu privé de chasteté. Le 24 août, elle se rendit dans une paroisse proche pour recevoir le sacrement de confirmation.

A son retour, elle fut abordée à Hălăuceşti par un jeune homme mal intentionné, auquel elle résista de toutes ses forces. Le garçon la poignarda de quarante-deux coups de couteau. On retrouva Veronica deux jours plus tard, tenant son chapelet dans ses mains.

Veronica avait vingt-deux ans ; martyre de la chasteté, elle fut béatifiée en 2018 et sera commémorée dans le Martyrologe le 24 août.

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2018 2 31 /07 /juillet /2018 18:11

Vicente Montserrat Millán
1904-1936

Né le 6 janvier 1904 à Lorca (Murcia), il fut baptisé quatre jours plus tard. Il avait une sœur, Antonia.

En 1914, il entra au Petit séminaire de Murcia, mais passa à celui d’Almería lorsque son père transféra son négoce dans cette ville.

Il fut ordonné prêtre en 1928. En action de grâces pour cette ordination, la mère du jeune prêtre offrit à l’église de Lorca un beau retable pour l’autel de saint Vincent, le saint patron de son fils (sur s.Vincent, v. 22 janvier).

D’abord vicaire à Cantoria, Vicente fut chapelain à Villanueva de Sigena.

Sentant gronder la révolution et la persécution en 1936, il demanda à un Confrère de lui administrer le Sacrement des Malades.

Il se savait menacé. En effet, on l’arrêta au matin du 1. août après la célébration de la Messe, et on l’emmena à La Almolda, où on le fusilla à quatre heures de l’après-midi.

Les restes du Martyr reposent maintenant aux pieds de la statue de s.Vincent, au-dessus du retable d’autel que Madame Montserrat avait offert en 1928.

Martyrisé le 1. août 1936 et béatifié en 2017, le bienheureux Vicente Montserrat Millán sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 1.août.

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2018 3 25 /07 /juillet /2018 21:43

Vicente Vázquez Santos
1915-1936

Né le 23 août 1915 à Villada (Palencia), Vicente était l’aîné des deux enfants de Vicente et Concepción, qui le firent baptiser le 29 suivant et confirmer en 1917.

Le papa de Vicente, un ouvrier journalier, mourut en 1918, de sorte que Vicente fut orienté  en 1926 par son oncle, Anastasio Vázquez, prêtre clarétain, vers le postulat d’Alagón, où le rejoignit d’ailleurs son frère. Vicente y fit ses Humanités et les acheva à Cervera.

En 1930, il intégra le noviciat de Vic, où il fit la profession l’année suivante. Il fut ensuite à Solsona pour la philosophie et le début de la théologie, puis passa à Cervera en 1935.

Vicente montrait des aptitudes particulières pour les langues, et surtout le grec : il rédigeait des articles en grec dans la revue Katholikon d’Athènes.

Ces études furent dramatiquement interrompues par les événements politiques de 1936.

Pour les détails connus sur le martyre des quatorze Postulants de Cervera, se référer à la notice de Manuel Jové Bonet

Martyrisé le 26 juillet 1936 à Lleida, béatifié en 2017, le bienheureux Vicente Vázquez Santos sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 26 juillet.

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2018 6 21 /07 /juillet /2018 09:55

Vicente Cecilia Gallardo
1914-1936

Vicente naquit le 10 septembre 1914 à Cabra (Cordoue), fils de Vicente Cecilia Lama et de María della Sierra Gallardo Nieto, laquelle mourut lorqu’il avait trois ans. La famille de cette maman entoura d’amour le petit garçon et l’aida beaucoup.

Après l’école primaire, Vicente apprit le métier de charpentier, chez son oncle Miguel Torres.

En 1935, il entra dans la Congrégation des Pères Lazaristes (Vincentiens) comme frère convers, où cependant il n’allait faire qu’un bref noviciat, à Hortaleza (Madrid).

Le Fr.Vicente était très serviable, bon et doux ; quand il se trouvait avec des enfants, il leur enseignait à prier le Chemin de Croix ou à aller prier devant la statue de la Sainte Vierge.

Après les élections de 1936, la situation devenait très difficile pour l’Eglise en Espagne, et les parents de Vicente lui conseillèrent de revenir à la maison ; le jeune homme leur répondit que sa volonté était d’être religieux et que, mort ou vif, il le resterait.

Le 19 juillet, il y eut un premier «contrôle», ce qui amena les supérieurs à conseiller aux jeunes Frères de gagner prudemment leurs familles ou quelque endroit sûr. C’est ainsi qu’au petit matin du 20 juillet, Vicente et Manuel Trachiner Montaña sortirent du couvent par une petite porte : ils espéraient gagner Madrid à travers champs et aller ainsi trouver le P.Provincial de Madrid.

Mais au poste de contrôle de Canillas (district d’Hortaleza, peu avant Madrid), des miliciens ouvrirent leurs valises et y découvrirent leur habit avec le Crucifix ; ils pouvaient toujours dire qu’ils étaient charpentiers, ils ne pouvaient nier qu’ils étaient religieux. On les fusilla.

Vicente et Manuel furent ainsi martyrisés au petit matin du 21 juillet 1936 à Hortaleza (Madrid) ; ils avaient vingt-deux et vingt-et-un ans.

Ils furent béatifiés en 2017.

Le nom du bienheureux Vicente Cecilia Gallardo sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 21 juillet.

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2017 4 14 /12 /décembre /2017 21:39

Valerianus d’Avensa
377-457

On a parlé au 28 novembre de plusieurs évêques d’Afrique, qui souffrirent la persécution des Vandales en 430 et de nouveau en 484.
Entre ces deux dates, en 457, Genséric ordonna de faire disparaître tous les livres et objets sacré du culte chrétien.
L’évêque d’Avensa (auj. Sidi Zéhili, Tunisie), Valerianus, qui était déjà fort âgé, s’opposa énergiquement à cette mesure et, pour cela fut arrêté et expulsé de sa ville ; on interdit aux habitants de le recevoir où que ce fût, ni dans une maison ni même dans un champ. Le vieil évêque en fut réduit à vivre de rien et à coucher nulle part ; il en arriva à devoir dormir presque nu sur la voie publique : c’est en cet état que le rencontra Victor de Vite, auquel nous devons ces détails.
Lors de cette rencontre, Valerianus avait plus de quatre-vingts ans. Il mourut bientôt d’épuisement.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Valerianus d’Avensa au 15 décembre.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Plus de 9000 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens